Loading color scheme

Notre Dame de Laghet, intercédez pour nous !

La prière de confiance à Notre-Dame de Laghet :
« prendre Marie chez soi ». 

 

ex voto notre dame de laghet

 

Nous voudrions commencer cette nouvelle année sous le regard de Marie, notre Mère et lui confier toutes nos intentions pour nous mêmes, nos proches et le monde. Ouvrons la porte de notre coeur pour accueillir Celle qui, en donnant son Fiat, nous valut la grâce de la naissance du Sauveur. Souvenons-nous que les dons votifs déposés au sanctuaire sont nés d’une même démarche faite de confiance filiale et de simplicité ; le témoignage de foi de ceux qui ont pris refuge dans le coeur de la Vierge Marie. Cette dévotion dite « populaire », a touché en réalité des personnes de toutes conditions et s’exprime ici depuis des siècles à travers les ex-voto : travailleurs manuels, pêcheurs des rives de la Méditerranée, artisans, mères et pères de famille ou têtes couronnées… A leur exemple chacun peut réciter, encore aujourd’hui, cette prière chère aux pèlerins de Laghet :

 

Notre-Dame de Laghet, Marie, mère du Christ et notre Mère,

Notre guide et notre soutien dans le pèlerinage de la vie, 

Nous accourons avec confiance implorer votre secours. 

 

A votre prière, que votre Fils accorde : 

aux chrétiens, l’unité dans la charité,

aux justes, la persévérance,

aux âmes tristes, la consolation,

aux coeurs abattus, le courage et la confiance,

aux malades, la santé,

aux pêcheurs, le repentir et le pardon,

à tous les défunts, la pleine purification et la délivrance,

à chacun de nous, Mère de toute grâce, votre maternelle protection ! 

 

Dès maintenant, donnez-nous Jésus,

Et, à l’heure de notre mort, soyez notre avocate auprès de lui.

Au ciel nous vous dirons éternellement notre reconnaissance. 

Amen ».

 

Notre-Dame de Laghet, priez pour nous !

 

 

nd des graces

 

 

 

« Donnez-nous Jésus, Mère de toute grâce », apprenez-nous à entrer dans la rencontre d’amitié avec le Seigneur… Debout ou à genoux, dans la chapelle de style baroque ou devant l’autel dit de Notre-Dame des grâces s’élève la prière à Notre-Dame de Laghet. Cet autel situé dans l’angle sud est du cloître fut érigé suite au violent tremblement de terre qui secoua la Ligurie et la région de Nice en 1887 et qui avait rendu la chapelle inutilisable. Les 5 secousses telluriques de ce 23 février avaient touché tout particulièrement l’est du département : toits de maisons effondrés, murs fissurés, ilots devenus inhabitables, partout des dégâts très importants « aux champs comme à la ville » (1). Un des séismes les plus violents jamais connus dans la région et qui, selon l’expression d’un journaliste, « avait failli transformer ce mercredi des Cendres en mercredi des décombres » (2). 

 

Aujourd’hui les chaînes d’information continue évoquent les secousses qui agitent la planète au quotidien : bouleversements de nature politique, dureté économique, crise des institutions, croyances fondamentalistes, guerres qui ne disent pas leur nom, détresses en tout genre… N’est-ce pas le moment d’accueillir chaque journée dans l’espérance et de rester confiants car, comme le disait le père Alexandre Men, prêtre orthodoxe, « le christianisme ne fait que commencer…»(3). Remettons tout dans la prière à la Vierge Marie, notre avocate, redécouvrons les vertus de l’intériorité, de la prière personnelle, du chapelet récité avec le coeur. N’hésitons pas à venir nous ressourcer à Laghet, ce lieu séculaire où brûlent à longueur d’année les lumignons d’intentions. Ces petites lumières à la flamme vacillante n’évoquent-elles pas autant la fragilité de la vie humaine que la confiance filiale du chrétien envers Celle qui reçut l’Eglise des mains de son Fils le Vendredi Saint ? «Jésus voyant sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme voici ton fils ». Puis il dit au disciple : « Voici ta Mère ».

 

 

Et à partir de cette heure là, le disciple la prit chez lui ».

Evangile de St Jean 19, 25-27

 

 

 

Commentaire : Patrizia Colletta « Art, Foi et Médiation ».

Notes : (1) L’Eclaireur du Littoral du 25 février 1887. (2) Selon la Une du Petit Niçois du jeudi 24 février 1887.

(3)« Le christianisme ne fait que commencer » recueil de conférences, homélies et de lettres du père Alexandre Men, figure rayonnante du christianisme pour notre temps, assassiné en septembre 1990. (Ed. du Cerf, 2004).