Loading color scheme

L'éditorial du Père Richard, recteur, pour le Carême 2021

Fêtons carême dans la joie car le carême est un temps de grâce !

Durant le carême, l’Église nous invite à nous préparer à la grande fête de Pâques qui commémore la Résurrection du Christ, venu libérer tous les hommes du poids de leurs entraves et proposer l’amour à tous.

Le mot « carême » vient du latin quadragésima, qui signifie quarantième (sous-entendu : jour), le quarantième jour étant le jour de Pâques.

QUARANTAINE !

40. Ce chiffre rappelle les fameuses quarantaines d’isolement pour les malades contagieux. Dans le passé, cette réalité était familière pour se protéger. Avec la pandémie, ce chiffre a été certes abaissé. Le mot « septaine » obligatoire est devenu familier avec la pandémie qui demande à des voyageurs ou aux malades du Covid de rester sept jours en isolement complet. Epreuve pour tous.

40. Chiffre mentionné dans la Bible Ce temps nous rappelle les quarante jours du Christ au désert mais aussi les quarante années que le peuple juif passa en exil avant d’entrer sur la Terre promise. Durant ce temps, l’Église nous invite à nous préparer à la grande fête de Pâques qui commémore la Résurrection du Christ, venu libérer tous les hommes du poids de leurs entraves et proposer l’amour à tous.

40. Voici la sainte quarantaine de Carême. D’ailleurs le sens de ce mot signifie 40 jours, nous renvoyant ainsi à l’Evangile (Mc 1,13). Il débute le mercredi des Cendres, 17 Février avec le premier mot, celui du prophète Joël : « Revenez à moi de tout votre cœur » (Jl 2,12). Est-ce que cela signifie que nous nous sommes égarés loin de lui ? Oui, car nous savons bien que nous nous sommes détournés de Lui et de l’amour de nos frères. Or, Jésus nous invite en rappelant les moyens spirituels : l’aumône, la prière et le jeûne (Mt 6,1-18). Et Paul y ajoute la réconciliation (2 Co 5, 20).

 Le temps du carême nous rappelle que la vie chrétienne est avant tout une vie avec le Christ, en sa présence, à chaque instant, même les plus insignifiants. La Parole de Dieu durant ce temps favorable, nous aidera à développer, non seulement cette intimité avec le Christ, mais aussi avec nos frères. Trois
attitudes principales caractériseront nos efforts de conversion dans ce sens :

La prière : C’est avant tout se tenir en compagnie d’un ami, être uni à Dieu. Nous avons un petit cœur, mais la prière l’élargit et le rend capable d’aimer Dieu. Prier, c’est donc grandir dans l’amour de Dieu, comme on grandit dans l’amour d’une personne à mesure qu’on la fréquente. Prier, c’est avant tout aimer. Si nous aimons, nous pouvons adresser au Seigneur tout ce que nous portons dans notre cœur. La prière est ce premier lieu où le Seigneur attend de pouvoir nous rencontrer.

L’aumône : Le geste de donner exprime l’ouverture du cœur. Donner quelque chose, c’est choisir de ne pas vivre pour soi. L’égoïsme ne rend heureux que celui qui le pratique et pour un moment seulement. Le partage rend heureux celui qui en bénéficie et celui qui le pratique, et ceci pour toujours. Diminuer les dépenses pour aider les autres et la mission de l’Eglise.

Enfin le jeûne : la maîtrise de nous-mêmes, pour laisser l’Esprit de Dieu régner en nous. Le jeûne ne concerne pas que des questions de nourriture. Tout ce dont nous sommes parfois prisonniers et qui n’est pas fondamentalement nécessaire dans notre vie peut être l’occasion de jeûne : télévision, internet, tabac, alcool, etc… Il y a peut-être dans ces domaines des jeûnes à pratiquer en ce carême, pour ne pas fuir notre vie, et être ainsi disponibles à la rencontre avec le Seigneur.

Vivons ce temps de grâce dans la joie et bon temps de carême à tous.

 

 

 

           Père Richapere richardrd RAKOTOARISOA  (Missionnaire de la Salette)  

                  Recteur du Sanctuaire