Loading color scheme

Découvrir un nouvel ex-voto

« L’Eglise priait Dieu avec insistance… »

Actes des Apôtres 12, 5

 

Le pape François appelle les catholiques à réciter le Chapelet chaque jour du mois de Mai pour demander à Dieu la fin de l’épidémie qui n’épargne aucune région du monde. Trente sanctuaires animeront successivement la prière mariale qui sera retransmise sur les chaines officielles du Saint Siège tous les soirs du mois de mai à 18 H et par KTO (1). Le pape inaugurera et clôturera ce marathon de prière où chaque jour sera dédié à une intention particulière pour différentes catégories de personnes touchées par l’épidémie : pour ceux qui n’ont pas pu dire « au-revoir » à un proche, pour tous les défunts, pour le personnel de santé, les pauvres, les sans-abri, ceux qui ont perdu leur gagne-pain …

Le 18 Mai la prière sera coordonnée depuis le Sanctuaire de Lourdes à l’intention des médecins et des infirmières. Le Saint Père invite de manière particulière « tous les sanctuaires mariaux à participer à ce marathon de prière afin qu’ils deviennent des promoteurs de la récitation du Rosaire auprès des fidèles, des familles et des communautés, pour invoquer la fin de la pandémie ». Le Sanctuaire de Notre-Dame de Laghet propose de se joindre à cette prière seul, avec des amis ou en famille, soit en venant à Laghet où le Chapelet est récité chaque après-midi de Mai, soit en « union de prière » depuis le lieu où l’on se trouve (2).

Cette « prière de l’Eglise qui monte avec insistance vers Dieu », trouve sa source dans un épisode des Actes des Apôtres : alors que l’apôtre Pierre venait d’être jeté en prison par le roi Hérode, non loin du Colisée de Rome, l’Eglise priait Dieu pour sa libération. « Une nuit ses chaînes se brisèrent et lui tombèrent des mains, l’ange de lumière l’invita alors à chausser ses sandales et à le suivre… ».

Les ex-voto de Notre-Dame de Laghet illustrent depuis des siècles cette prière à la fois personnelle et ecclésiale qui, à l’intercession de la Vierge Marie, monte vers Dieu comme, par exemple, ce tableau votif des années 70.

ex voto jXXIII

Au centre de l’image une nature verdoyante où se dresse le sanctuaire et l’effigie de la Vierge à l’Enfant qui s’étire depuis la terre vers le Ciel. L’Enfant Jésus tient un globe surmonté d’une croix, signe de Royauté divine et la Vierge le scapulaire et le sceptre, attributs de la Vierge du Carmel. La donatrice du tableau apparaît en prière en bas à droite de la composition, s’adressant à la fois à la Médiatrice de toutes les Grâces et à un second intercesseur que chacun peut identifier. Portant la tiare pontificale, une chasuble immaculée et le pallium brodé de croix rouge et or, voici le très populaire pape Jean XXIII, diplomate éclairé et voyageur infatigable. La représentation semble mêler deux périodes de la vie de Giovanni Roncalli. Si celui-ci présida au sanctuaire le troisième centenaire des « miracles de Laghet » en octobre 1952 alors qu’il était Nonce apostolique en France, il ne devint le successeur de Pierre qu’en 1958. Ce tableau votif daté de 1975 et signé Pittaluga R. montre l’attachement des fidèles à celui qu’en Italie on appelait il papa buono et fut considéré santo par la ferveur populaire dès sa mort en 1963. Béatifié en 2000 le pape Jean XXIII a été canonisé en 2014 en même temps que le pape Jean-Paul II. Cet ex-voto évoque par ailleurs la mission singulière des souverains pontifes, inscrite dans la symbolique des 3 couronnes superposées de la tiare (3). Celle de l’autorité spirituelle dans la succession au Christ-Roi, Seigneur et Rédempteur ; le pouvoir de juridiction, c’est-à-dire le pouvoir de « lier et de délier » ; enfin, le pouvoir d’enseignement, magistère qui s’exerce pour l’Eglise universelle.

A l’heure où l’on dénombre 400 000 morts dans un pays d’Amérique Latine, des centaines de brasiers de crémation chaque jour en Inde… la détresse est partout, partout on s’impatiente. A quand la vie d’avant ? Face à la pandémie qui frappe le monde, comment ne pas nous tourner vers Notre Père riche en Miséricorde ? Demandons à Dieu avec insistance, d’un seul cœur et ensemble d’abréger l’épreuve ; à l’instar de Pierre de nous libérer de nos chaînes, des désirs insatiables qui font peser un joug inique à la fois sur les hommes, sur la nature et tout le créé.

Devant leur détresse Jésus n’exhortait-il pas les foules : « Demandez et vous recevrez », « Vous n’avez encore rien demandé » … ou encore dans l’Evangile de Mathieu 18,19 : « Amen, je vous le dis, si deux d’entre vous sur la terre se mettent d’accord pour demander quoi que ce soit, ils l’obtiendront de mon Père qui est aux cieux ».

Commentaire : Patrizia Colletta, « Médiation, Art & Foi »

Notes : (1) Communiqué du Conseil Pontifical pour la Promotion de la Nouvelle Evangélisation, cité par Vatican NEWS ; (2) Propositions et horaires sur le site du sanctuaire ; (3) La tiare pontificale fut portée par les papes depuis le VIè siècle jusqu’à Jean XXIII.